10 Clés pour mieux communiquer avec son ado

10-cles-pour-son-communiquer-adoVous êtes parent d’adolescent et vous trouvez qu’il devient difficile de communiquer avec votre enfant, rassurez-vous, non seulement vous n’êtes pas le seul parent dans cette situation mais c’est aussi l’adolescence qui veut ça. Non pas que tous les adolescents soient compliqués à gérer, mais l’adolescence est une période où l’opposition aux règles établies, aux adultes est normale. Le degré d’opposition est même proportionnel à leur besoin d’amour et de réassurance. N’allez surtout pas croire que vous n’avez pas suffisamment aimé votre enfant, cela veut juste dire qu’il a en lui une blessure d’amour que tout votre amour n’a pas réussi à combler. Voici dix clés pour y parvenir.

1-Surtout ne pas culpabiliser

Chaque parent fait du mieux qu’il peut avec les moyens dont il dispose au moment où la situation se présente. Si vous arrivez à identifier ce qui a pu manquer à votre enfant ou ce qu’il vous reproche, vous pouvez lui en parler et le rassurer sur votre amour. Aucun être humain n’est parfait, et oser se l’avouer et le confier à son enfant lui permettra de relativiser.

2- Ne vous découragez pas

Parfois durant cette période conflictuelle que peut être l’adolescence, cela peut vous paraitre de plus en plus compliqué de parler à votre fille ou à votre fils. Certains ont tendance à éviter le monde des adultes et pérférer celui de leurs groupes d’amis. Ne vous découragez pas, sans être omniprésent, choisissez les  moments où vous les sentez plus disposés à vous écouter.

3- Choisissez le moment opportun

Ce peut être un déjeuner ou un diner en tête à tête ou une sortie shopping. Dans ce moment privilégié, profitez-en plutôt pour écouter ce que votre jeune voudra bien vous dire.

4-Ecoutez

Ouvrez grand vos yeux, vos oreilles et votre cœur. Efforcez –vous de ne pas l’envahir de questions, de votre flot de paroles ou de témoignage, sauf s’il vous le demande. L’idée est de développer votre écoute active pour mieux comprendre ce comment votre adolescent se transforme.

5-Des messages à lui transmettre à la première personne

Si vous avez des messages à faire passer, utiliser plutôt le « je «  au « tu ». Lorsque l’on utilise la première personne, on parle en son nom propre, on utilise ses ressentis, on pose ses besoins ou ses attentes, voire ses interrogations en laissant à son interlocuteur son libre arbitre. Libre arbitre malmené avec l’utilisation de la deuxième personne, presque accusatoire.

6 Favoriser l’empathie

« Je t’observe depuis quelques jours et je commence à être inquiète par ton comportement vis à vis de …(nourriture, travail, relations, cigarette,…). Je vais t’expliquer quelles sont mes craintes :… Est-ce que tu peux m’éclairer un peu , me dire ce qui se passe ? »

En procédant ainsi plutôt que « tu m’inquiètes, tu ne manges plus, tu ne travailles plus en cours, … », on évite de rentrer dans un jeu d’accusation inconscient qui provoque une réaction défensive chez votre interlocuteur. On lui permet plutôt d’entendre et d’accueillir notre inquiétude. En général, la plupart des individus, à fortiori votre enfant, possède un minimum d’empathie qui lui permet d’imaginer ce que vous vivez e, par conséquent,  de tenter de vous apporter quelques éléments pour répondre à votre besoin.

7 Etre clair sur ses besoins ou attentes

Clarifiez et simplifiez votre communication verbale en exprimant explicitement vos besoins. Pratiquez aussi souvent que possible l’assertivité. En agissant ainsi, vous êtes aussi un exemple pour aider votre ado à exprimer ses propres besoins, ce qui n’est pas facile à cet âge.

«Je suis inquiète »= besoin d’être rassurée

« Je suis perdue, je ne te reconnais plus » = besoin de nouveaux repères

« Je ne te comprends plus »= besoin de nouveaux éléments de compréhension…

8 Accueillir la parole sans jugement

Si votre adolescent consent à vous donner quelques éléments, accueillez-les sans jugement, sinon, il se refermera comme une huitre. Mais vous n’êtes pas non plus obligé de vous renier ou de renier vos valeurs. Toujours en partant de vous, rien ne vous empêche de poser quelques questions, tout en respectant sa pudeur et son jardin secret.

9 Faire court et concis

Veillez à ne pas faire durer la conversation, sauf si c’est votre adolescent qui l’entretient, car , sauf exception, certains n’aiment pas rentrer dans de longues explications.

10 Aussi souvent que possible exprimer sa gratitude et son amour

Pensez à remercier votre jeune de vous avoir écouté et d’avoir répondu à vos attentes, questions, besoins,…Aussi souvent que possible, dites lui combien vous le trouvez beau, vous l’aimez et vous êtes fier(e) de lui.

Ceci est valable pour tous les enfants car cela vient nourrir l’estime de soi10-cles-pour-son-communiquer-ado. Mais c’est encore plus crucial à l’adolescence où leur corps et leurs repères se transforment et où ils doutent énormément d’eux-mêmes.

Ce peut être difficile lorsque l’on travaille, lorsque l’on court toute la journée pour assumer correctement nos différents rôles et que l’on rentre épuisé chez soi. On n’a plus beaucoup de patience ou de recul, mais cela vaut la peine d’essayer et d’observer le changement. Et puis, en tant que parent éduquant, n’oublions jamais que nous nous devons d’incarner ce que nous attendons de nos enfants ; ils apprennent plus de nos comportements et attitudes que de nos leçons.

Remerciez et valorisez chaque action altruiste et positive de votre adolescent. Vous semez des graines de confiance et d’amour pour la vie.

Et pour vous ? Est-ce facile de communiquer avec votre adolescent, ou cela vous parait-il compliqué ? Vous aimeriez que vos relations s’apaisent ? N’hésitez pas à commenter sous l’article ou à me contacter en privé.

Avec amour et lumière

Sophie Killian

facebook.com/sophiekilliancoachconsultante/

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 9 = trente six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>