5 Clés pour être bien dans son corps et dans sa tête

être bienRécemment, je me suis trouvée à devoir attendre une amie qui m’avait donné rendez-vous pour une réunion de travail. Lorsque je suis arrivée chez elle, elle était absente. J’ai poussé la grille du portail de son jardin, repéré une chaise longue sur la terrasse baignée par les doux rayons du soleil qui filtraient à travers le feuillage des pommiers. Une invitation au bien être. Je me suis déchaussée et allongée, les orteils vernis en éventail. J’ai fermé les yeux, béni son retard et savouré l’instant présent. La brise d’été caressant mes cheveux et mon visage, le chant léger des oiseaux, le parfum de l’herbe fraichement coupée, l’église sonnant la demi-heure, puis le silence relatif. Le temps suspendu. Un pur moment de détente et de bonheur.

Le bien être de l’instant présent

Je pourrais vous en citer des dizaines, des centaines d’instants suspendus que j’ai « attrapé » au vol tel des papillons légers, volés à la course du temps qui passe et qui ne reviendra pas. Parce que depuis que j’ai gouté à cette sensation d’intense bien être de ces plaisirs éphémères ressentis jusqu’au plus profond de mes cellules, j’ai découvert la plénitude de l’instant présent, la note suspendue. Quel bonheur de se sentir en harmonie avec la nature environnante du seul fait de s’ouvrir et de connecter notre corps, grâce à tous nos sens. Quelle joie et quelle gratitude éprouvées de s’imbiber corps et âme de cette vie qui s’insuffle en nous et autour de nous.

 « Notre corps est à la fois récepteur et amplificateur de toutes nos sensations,|…] de nos plaisirs. Les plus simples-respirer l’air frais du matin ou l’odeur du pain qui cuit- comme les plus complexes- la sexualité. Meilleur est notre état, plus intense et plus profond est notre plaisir. » Jean-Louis Servan-Schreiber

Se reconnecter à son corps pour être bien dans sa peau

Même s’il parait facile de vivre l’instant présent combien de fois nous arrive-t-il d’être physiquement là alors que notre esprit est encombré de mille pensées ? la plupart du temps, nous sommes trop stressés, trop éparpillés trop pressés pour prendre conscience du moment présent et de ce qui se joue en nous et autour de nous.

C’est pourquoi reprendre le contact avec son corps et ses sensations physiques permet de s’ancrer dans le moment présent et d’apprivoiser le fait d’être bien dans sa peau.

S’ancrer dans le présent et goûter au bien être total

S’ancrer dans le présent en étant au plus près, à l’écoute, à l’affut de ses ressentis sensoriels. N’est-ce pas là une manière agréable de retrouver les jouissances de la vie quotidienne et de renouer avec sa propre sensorialité ? Dans cet état de réceptivité où notre corps est tenu en éveil par les stimulations externes, nous nous sentons plus enracinés dans le présent, dans l’ici et maintenant et une sensation totale de bien être nous envahit.

Des spécialistes de la relaxation associent chaque niveau de perception sensorielle à un niveau de conscience supérieur. A ce premier niveau, il s’agit de renforcer notre attention à notre schéma corporel, à notre posture, à notre structure, à notre centre de gravité et notre ancrage au sol.

Que l’on soit assis ou debout, l’objectif est de s’installer confortablement dans notre corps, de l’habiter pleinement et de prendre conscience de notre organicité. Les sages disent que le corps est « ce temple de l’esprit » car c’est grâce à lui que nous entrons en relation avec le monde qui nous entoure et que nous exprimons notre façon d’être au monde, de vivre et de jouir de la vie. Il est à la fois socle et réceptacle de nos sensations et révèle notre état intérieur.

Rétablir un équilibre corps esprit

Hélas depuis que le travail intellectuel n’a cessé de se substituer au travail manuel, depuis que les machines ont pris le relais faisant la part belle à la pensée, avec l’arrivée d’internet et la masse d’informations diffusées à traiter, la prédominance du cérébral s’accroit, nous éloignant immanquablement de notre corps. De plus en plus, dans notre vie quotidienne, nous avons tendance à nous couper de nos sensations physiques jusqu’à parfois les nier ou vouloir anesthésier le corps de tout ressenti. De nombreux spécialistes de la santé observent que nombre de maladies ont pour origine la perte de contact avec le corps et son manque d’observation et d’écoute à son égard ; l’esprit peut ignorer un trouble physique jusqu’à ce que le corps crie sa douleur. Les maux deviennent alors plus forts que les mots. Le corps se fait alors entendre tellement le « mal à dit ». Le déséquilibre entre le corps et l’esprit peut se traduire par du stress, de l’agitation, des maux de tête, des extrémités froides, de la fatigue, des troubles du sommeil, de l’eczéma, …

Coupé des sensations physiques, on se prive, non seulement de la capacité à prendre soin de son corps, mais également de la possibilité d’écouter les messages que notre esprit tente de nous communiquer. Car le corps est un formidable messager de nos états d’âme. Selon Eugène T Gendlin, psychothérapeute et philosophe, le corps possède un savoir propre qui dépasserait le savoir conceptuel. Au lieu de chercher à analyser et comprendre ce qui nous arrive, il suggère de se concentrer, de porter notre attention sur ce qui se passe en nous, d’être à l’écoute de notre ressenti, de nos sensations. Prenez pleinement conscience de ce que vous exprimez lorsque vous lâchez « j’en ai plein le dos », « j’ai les nerfs à vifs », « je suis à fleur de peau »,…

Se recentrer et accueillir

Les exercices de respiration et de relaxation permettent au corps de relâcher les tensions physiques, tout en prenant conscience de son schéma corporel.

L’exercice premier consiste à retrouver son souffle pour rétablir une cohérence cardiaque car une respiration rapide et superficielle est le premier indice de l’absence de contact entre le corps et l’esprit. Votre respiration suit votre pensée. Pour renouer avec cette sensation de bien être, concentrez-vous sur votre respiration; respirez calmement et profondément.

A tout moment de la journée, asseyez-vous confortablement, prenez conscience des différents points de contact de votre corps avec le sol, l’assise. Visualisez votre posture, votre structure. Accueillez les tensions. Inspirez et expirez plusieurs fois amplement et profondément mais calmement. Surtout pas d’hyperventilation. Comparez cette respiration à celle d’un chat endormi sur une terrasse au soleil ; son ventre se gonfle lentement à chaque inspiration puis se dégonfle doucement. Nous devons réapprendre à respirer naturellement.

Lâchez prise, autorisez-vous à vous détendre, ressentez l’air qui pénètre dans vos poumons et dans toutes vos cellules, ressentez comment la vie vous est insufflée. Laissez-vous bercer par le rythme de votre respiration qui s’abaisse naturellement, calmement. Vous vous recentrez sur votre corps : c’est la forme d’ancrage la plus pure, vous retrouvez votre paix intérieure.

Profitez de vos vacances ou de vos weekends pour prendre de bonnes habitudes ; celles de vous octroyer des pauses pour vous aimer corps et âme, pour vous apporter du bien être et de l’harmonie. Vous faites le plein d’énergie dans cet instant présent.

Avec amour et conscience

Sophie Killian

 

Share Button

4 Commentaires

  1. merci beaucoup Sophie

  2. Merci pour cette lecture qui nous oblige à nous reconcentrer sur nous même, qui nous invite à la reflexion…trouver du temps, pour prendre le temps. Prendre le temps de regarder et d’écouter la nature qui nous entoure, s’en envelopper, se laisser berçer, s’en servir pour mieux être à l’écoute de son corps.

    • Merci Florence de prendre le temps de me lire et de commenter mon article. Oui, très justement dit: prendre le temps et se recentrer sur soi pour mieux être à son écoute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>